Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
27 mai 2021

Compétence du juge administratif pour statuer sur l’existence d’un permis tacite

Dans le cadre d’une action en démolition, le juge judiciaire doit poser une question préjudicielle au juge administratif pour statuer sur l’existence d’un permis tacite.

Un propriétaire, après avoir obtenu l’annulation du refus de sa demande de permis de construire devant le tribunal administratif, a confirmé cette demande sur le fondement de l’article L. 600-2 du code de l’urbanisme.

La commune a fait appel de la décision du tribunal administratif et en a obtenu l’annulation.

Entre-temps, le propriétaire a tout de même construit le bâtiment visé par la demande de permis de construire, et la commune l’a assigné en démolition sur le fondement de l’article L. 480-14 du code de l’urbanisme.

Le propriétaire, pour faire échec à cette action, soutenait qu’il était titulaire d’un permis tacite en raison de l’absence de réponse à la confirmation de sa demande de permis de construire effectuée en application de l’article L. 600-2 du code de l’urbanisme. Celui-ci dispose notamment qu’en cas d’annulation d’une décision de refus de permis de construire, un nouveau refus ne peut être fondé sur des dispositions d’urbanisme intervenues postérieurement à la date de la décision de refus annulée, sous réserve que l’annulation soit devenue définitive et que la confirmation de la demande de permis de construire ait été effectuée dans les six mois suivant la notification de l’annulation au pétitionnaire.

La cour d’appel a cependant rejeté ce moyen sans poser de question préjudicielle au juge administratif pour statuer sur l’existence du permis tacite. En effet, elle a constaté que la confirmation de la demande de permis de construire était intervenue alors même que le jugement du tribunal n’était pas devenu définitif, et qu’en conséquence la confirmation de la demande de permis était irrecevable ce qui faisait obstacle à la naissance d’un permis tacite.

Le pétitionnaire s’est pourvu en cassation contre l’arrêt de la cour d’appel.

En premier lieu, la Cour de cassation rappelle les termes de l’article R. 771-2 du code de justice administrative :« lorsque la solution d’un litige dépend d’une question soulevant une difficulté sérieuse et relevant de la compétence de la juridiction administrative, la juridiction judiciaire initialement saisie la transmet à la juridiction administrative compétente en application du titre Ier du livre III du code de justice administrative. »

En second lieu, elle retient que, « s’il n’appartient qu’à la juridiction judiciaire de statuer sur l’action d’une commune tendant, sur le fondement de l’article L. 480-14 du code de l’urbanisme, à la démolition d’une construction irrégulièrement édifiée sur une propriété privée, il appartient à la juridiction administrative de statuer sur l’existence d’un permis de construire tacite, conformément auquel la construction aurait été édifiée, né du silence gardé par l’administration à l’expiration du délai d’instruction de la confirmation de la demande de permis de construire formée par le pétitionnaire sur le fondement de l’article 600-2 du code de l’urbanisme, avant que le jugement d’annulation de la décision qui a refusé de délivrer le permis de construire ne soit définitif ».

La Cour de cassation juge donc que la question de l’effet d’une confirmation d’une demande de permis de construire, en application de l’article L. 600-2 du code de l’urbanisme, avant que la décision annulant le refus de permis de construire soit devenue définitive, constitue une question sérieuse s’opposant à ce que le juge judiciaire statue sans poser de question préjudicielle au juge administratif.

Elle casse et annule, en conséquence, la décision de la cour d’appel et lui renvoie l’affaire.

 

 

 

Cass. civ. 3ème 27 mai 2021, n° 20-23.287

En matière d’urbanisme, au mois de mai, le juge administratif a fait un tour d’horizon de différents régimes d’autorisations et de financement pour apporter des précisions bienvenues. D’abord, le Conseil d’Etat définit les conditions dans lesquelles la CNAC demeure saisie d’un recours contre un avis de la CDAC malgré le désistement des requérants. Ensuite, pour […]

Découvrir l’article

06 décembre 2022
Le Conseil d’État confirme que la délivrance des titres d’occupation du domaine privé des personnes publiques n’est pas soumise aux obligations de publicité et de mise en concurrence prévues par l’article 12 de la Directive Services puisqu’ils ne constituent pas une autorisation pour l’accès à une activité de service ou à son exercice. Ainsi que […]

Découvrir l’article

28 septembre 2023
Le décret n° 2023-894 du 22 septembre 2023 – en pérennisant et élargissant le dispositif issu du décret n° 2021-812 du 24 juin 2021 – permet à certaines constructions temporaires de bénéficier d’une dispense d’autorisation d’urbanisme. Pour mémoire, en application de l’alinéa 1er de l’article R. 421-5 du code de l’urbanisme, « sont dispensées de toute formalité […]

Découvrir l’article

14 janvier 2022
Plusieurs mesures sont entrées en vigueur au 1er janvier 2022, en matière de fiscalité de l’urbanisme : certaines modifications du régime de la taxe d’aménagement, issues de la loi n° 2020-1721 du 29 décembre 2020 de finances pour 2021, ayant trait (i) à l’exonération des places de stationnement (« les surfaces annexes, à usage de stationnement, aménagées […]

Découvrir l’article

09 février 2022
Selon le Conseil d’État, la cristallisation des règles d’urbanisme dans les lotissements fait obstacle à ce que le maire oppose un sursis à statuer sur une demande de permis de construire au motif que la réalisation du projet de construction serait de nature à compromettre ou à rendre plus onéreuse l’exécution du futur plan local […]

Découvrir l’article

07 juin 2022
La Cour administrative d’appel de Toulouse considère que lorsque le vice non régularisable entachant le permis de construire et ayant justifié son annulation en première instance a disparu, cette autorisation est automatiquement régularisée. Saisi d’une requête en annulation dirigée contre un permis, le TA de Nîmes a annulé ledit permis au motif qu’au jour de […]

Découvrir l’article