Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
16 mai 2023

Urbanisme commercial : possibilité pour la CNAC de se prononcer sur un recours malgré le désistement du requérant

Par une décision du 28 avril 2023, le Conseil d’Etat précise les conditions dans lesquelles la CNAC demeure saisie d’un recours malgré le désistement des requérants.

Dans cette affaire, deux associations ont formé deux recours – les 27 et 28 février 2020 – contre l’avis favorable de la CDAC rendu dans le cadre de l’instruction d’une demande de PC valant autorisation d’exploitation commerciale (PCvAEC) relative à la création d’un ensemble commercial de 3.953 m² de surface de vente.

Par un courrier du 11 juin 2020, les associations ont informé le secrétariat de la CNAC du retrait de ces recours.

Par une décision du 25 juin 2020, la CNAC, sur le fondement des dispositions de l’article R. 752-33 du code de commerce, a toutefois décidé de se prononcer sur le projet et a émis un avis défavorable le 8 juillet 2020. En effet, aux termes de cet article, « lorsqu’après l’expiration d’un délai de deux mois suivant sa réception par le président de la commission nationale, un requérant retire son recours contre la décision ou l’avis de la commission départementale, la commission nationale peut néanmoins (…) décider de se prononcer sur le projet qui lui est soumis ».

Par un arrêté du 13 août 2020, le maire de Niort a ainsi refusé le PCvAEC.

Saisie par le pétitionnaire, la CAA de Bordeaux a annulé l’arrêté litigieux en considérant que l’article L. 752-17 du code de commerce réserve la capacité d’auto-saisine de la CNAC aux seuls projets dont la surface de vente est supérieure ou égale à 20.000 m² et à ceux ayant déjà atteint ce seuil ou devant le dépasser par la réalisation du projet.

Saisi du litige par la CNAC, le Conseil d’Etat consacre la possibilité pour la CNAC de former un pourvoi au nom de l’Etat contre l’arrêt litigieux, puis considère que les dispositions précitées de l’article R. 752-33 du code de commerce :

  • ne mettent en cause aucune règle ou aucun principe constitutionnel les réservant au domaine de la loi,
  • n’ont ni pour objet ni pour effet d’instituer une possibilité d’auto-saisine de la CNAC, s’ajoutant à celle prévue par les dispositions de l’article L. 752-17 du code de commerce.

Le pouvoir réglementaire a donc pu légalement prévoir que, dans certaines conditions, le désistement d’un requérant est susceptible de ne pas entraîner le dessaisissement de la CNAC.

Enfin, sur le fond, le Conseil d’Etat, tenant compte du mode de calcul spécial des délais de recours pendant la période d’urgence sanitaire juge que le délai de deux mois prévu par l’article R. 752-33 du code de commerce n’était pas échu à la date de désistement des associations, et que la CNAC ne pouvait donc pas légalement se prononcer sur le projet.

Le maire de Niort ne pouvait dès lors pas se fonder sur l’avis défavorable de la CNAC pour refuser de délivrer le PCvAEC.

Le Conseil d’Etat conclut ainsi à l’annulation de l’arrêt de la CAA de Bordeaux et l’arrêté de refus de PCvAEC et enjoint au maire de statuer à nouveau sur la demande de permis dans un délai de deux mois.

Conseil d’Etat 28 avril 2023, n° 469710

15 octobre 2021
Dans cette décision, le Conseil d’État considère que les dispositions de l’article L. 600-5-1 du code de l’urbanisme ne portent pas atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution en ce qu’elles ne sont pas applicables aux refus de permis de construire. Partant, la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) formulée, qui n’est pas nouvelle […]

Découvrir l’article

12 décembre 2023
La cession foncière avec charges permet aux personnes publiques de céder un terrain ou un immeuble bâti en vue de sa valorisation, en imposant à l’acquéreur de réaliser et de leur remettre un ouvrage déterminé. Sous certaines conditions, ce contrat peut être conclu sans publicité ni mise en concurrence. C’est ce que confirme la Cour de […]

Découvrir l’article

01 mars 2022
Le juge administratif est tenu de prendre en compte les mesures de régularisation produites après l’expiration du délai accordé en application de L. 600-5-1 du code de l’urbanisme, et les parties à l’instance sont recevables à contester la légalité de ces mesures tant que le juge n’a pas statué au fond, sans condition de délai. […]

Découvrir l’article

28 juillet 2022
Par une décision du 21 juillet 2022, le Conseil d’Etat précise les moyens susceptibles d’être invoqués à l’appui d’un recours contre la mesure de régularisation d’une déclaration d’utilité publique (DUP) emportant mise en compatibilité de documents d’urbanisme (POS et PLU), ainsi que les pouvoirs du préfet dans le cadre d’une telle régularisation. Tout d’abord, le […]

Découvrir l’article

12 septembre 2023
La Cour de cassation complète sa jurisprudence relative à la charge de la preuve de l’usage d’habitation : la production d’une fiche « H2 » postérieure au 1er janvier 1970 et faisant mention d’une occupation du local par son propriétaire ou son usufruitier ne permet pas d’établir l’usage d’habitation à cette date. En application de l’article L. […]

Découvrir l’article

09 mars 2023
Par un jugement du 6 mars 2023, le Tribunal administratif (TA) de Pau a validé le nouveau règlement adopté par la communauté d’agglomération Pays Basque (CAPB) relatif au changement d’usage de locaux d’habitation pour les locations meublées de courtes durées. Pour mémoire, par une ordonnance du 16 septembre 2022, les juges des référés du TA […]

Découvrir l’article