Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
10 février 2023

Délai de contestation d’un permis de construire modificatif

Dans une décision du 1er février 2023, le Conseil d’Etat précise qu’un permis de construire modificatif (PCM) intervenu au cours de l’instance portant sur PC initial peut être contesté par l’une des parties tant que le juge n’a pas statué au fond, sans condition de forme ou de délai.

Pour rappel, aux termes de l’article L. 600-5-2 du code de l’urbanisme : « lorsqu’un permis modificatif, une décision modificative ou une mesure de régularisation intervient au cours d’une instance portant sur un recours dirigé contre le permis de construire, de démolir ou d’aménager initialement délivré ou contre la décision de non-opposition à déclaration préalable initialement obtenue et que ce permis modificatif, cette décision modificative ou cette mesure de régularisation ont été communiqués aux parties à cette instance, la légalité de cet acte ne peut être contestée par les parties que dans le cadre de cette même instance« .

Dans l’affaire jugée, un PC en date du 13 août 2019 a été contesté devant le TA de Versailles. Un PCM a ensuite été délivré le 23 novembre 2020 et communiqué aux parties à l’instance. Les requérants ont alors contesté le PCM, par une requête distincte, enregistrée le 21 janvier 2021. Les requérants ont également contesté la légalité du PCM par un mémoire du 3 février 2021, versé aux débats dans l’instance relative au permis initial et ont ajouté, le 23 juillet 2021, à leurs conclusions dirigées contre le PC, des conclusions tendant à l’annulation du PCM.

Le TA Versailles a rejeté comme tardives les conclusions des requérants tendant à l’annulation du PCM, en considérant que :

  • la contestation du PCM par une requête distincte de celle portant sur le permis initial n’était pas recevable en application de l’article L. 600-5-2 du code de l’urbanisme ;
  • l’introduction de cette requête manifestait la connaissance acquise par les requérants de l’existence du PCM, faisant courir à leur encontre le délai de recours, qui était donc expiré lors du dépôt de leurs conclusions aux fins d’annulation du PCM, dans le cadre de l’instance relative au PC.

Le Conseil d’Etat censure toutefois le jugement, au motif qu’il résulte des dispositions de l’article L. 600-5-2 précitées que les parties à une instance portant sur un recours dirigé contre une autorisation d’urbanisme sont recevables à contester la légalité de l’autorisation modificative ou d’une mesure de régularisation intervenue au cours de cette instance, lorsqu’elle leur a été communiquée, aussi longtemps que le juge n’a pas statué au fond, sans condition de forme ni de délai.

Il ajoute que si cette contestation prend la forme d’un recours présenté devant la juridiction saisie de la décision initiale, elle doit être regardée comme un mémoire produit dans l’instance en cours. La circonstance qu’elle ait été enregistrée comme une requête distincte est sans incidence sur la régularité du jugement ou de l’arrêt attaqué, dès lors qu’elle a été jointe à l’instance en cours pour y statuer par une même décision.

Conseil d’Etat 1er février 2023, n° 459243, mentionné aux tables

29 décembre 2022
Par une décision du 22 décembre 2022, le Conseil d’Etat considère qu’au titre de ses pouvoirs de police spéciale, le maire peut ordonner à l’auteur de travaux irréguliers soit de solliciter l’autorisation ou la déclaration nécessaire, soit de mettre la construction en cause en conformité y compris, si la mise en conformité l’impose, en procédant […]

Découvrir l’article

08 février 2023
Le plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) interdisant la modification d’un immeuble ou d’une partie d’immeuble identifié comme étant à préserver méconnaît les dispositions de l’article L. 313-1 du code de l’urbanisme. Dans cette affaire, des particuliers avaient déposé une déclaration préalable (DP) de travaux pour la création d’un ascenseur dans un […]

Découvrir l’article

16 décembre 2021
Un décret publié le 1er décembre 2021 définit les modalités de délivrance des attestations de prise en compte des exigences de performance énergétique et environnementale, et de réalisation de l’étude de faisabilité relative aux approvisionnements en énergie, lors de la construction des bâtiments ou parties de bâtiments à usage d’habitation, de bureaux, ou d’enseignement primaire […]

Découvrir l’article

21 juin 2023
Par une décision du 16 juin 2023, le Conseil d’Etat apporte d’utiles précisions sur l’office du juge des référés saisi d’une demande tendant à ce qu’il soit mis fin aux effets de la suspension d’un PC, sur le fondement de l’article L. 521-4 du code de justice administrative (CJA). Dès lors qu’un PCM de régularisation […]

Découvrir l’article

04 janvier 2024
La circonstance que l’arrêté de permis de construire comporte des inexactitudes ou des omissions sur les destinations ou les surfaces est sans incidence sur sa légalité. L’article A. 424-9 du code de l’urbanisme prévoit en son premier alinéa que « Lorsque le projet porte sur des constructions, l’arrêté indique leur destination et, s’il y a lieu, […]

Découvrir l’article

19 juin 2023
Par une décision du 2 juin 2023, le Conseil d’Etat précise que les dispositions d’un PLU entrées en vigueur postérieurement à la date de délivrance d’un PC ont une incidence sur l’utilisation du terrain de la construction autorisée. En l’espèce, un PC a été délivré en 1959 pour la construction d’un immeuble comprenant, au rez-de-chaussée, […]

Découvrir l’article