Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
25 janvier 2023

La mesure de régularisation d’un permis de construire doit porter expressément sur le vice qui la justifie

Par un arrêt du 13 décembre 2022, la Cour administrative d’appel de Lyon confirme que la mesure de régularisation d’un vice, par un permis modificatif, est possible lorsque la règle relative à l’utilisation du sol qui était méconnue par le permis initial a été entretemps modifiée mais elle ajoute que, dans ce cas, le permis de régularisation doit porter expressément sur le vice relevé.

En l’espèce, dans le cadre de la contestation d’un permis de construire, les requérants avaient invoqué la méconnaissance des règles du PLU applicable à la date de sa délivrance et notamment de l’article relatif à l’implantation des constructions par rapport aux limites séparatives. A la suite de l’entrée en vigueur d’un nouveau PLU intercommunal (PLUi), postérieurement à la délivrance du permis contesté, les règles applicables au terrain ont évolué et la construction respecte désormais les dispositions relatives à l’implantation des constructions.

La Cour relève d’abord que le grief invoqué par les requérants est fondé, puis rappelle la jurisprudence du Conseil d’Etat selon laquelle un vice entachant un permis de construire « peut être régularisé par un permis modificatif si la règle relative à l’utilisation du sol qui était méconnue par le permis initial a été entretemps modifiée ; que les irrégularités ainsi régularisées ne peuvent plus être utilement invoquées à l’appui d’un recours pour excès de pouvoir dirigé contre le permis initial » (CE 7 mars 2018, n° 404079).

La Cour constate ensuite que l’illégalité du permis à la date de son édiction est susceptible d’être régularisée à la date à laquelle elle statue. En revanche, elle relève que le permis modificatif, bien que délivré postérieurement à l’entrée en vigueur du nouveau document d’urbanisme, portait seulement sur la hauteur du faîtage et l’augmentation de la surface de plancher. Elle considère donc qu’il n’a eu ni pour objet ni pour effet de régulariser le vice relatif à l’implantation de la construction.

Dès lors, elle sursoit à statuer dans l’attente de la production d’une mesure de régularisation portant expressément sur le vice relevé.

CAA Lyon 13 décembre 2022, n° 22LY01624

Les premiers éléments concrets permettant d’anticiper l’application des obligations d’installations de centrales photovoltaïques résultant de la loi AER commencent à arriver au compte-gouttes s’agissant des conditions d’application de l’article L.171-4 du code de la construction et de l’habitation. Pour mémoire, l’article 41 de la loi n°2023-175 du 10 mars 2023 relative à l’accélération de la […]

Découvrir l’article

Le 1er octobre 2021, le Conseil d’État a rendu publique sa plateforme dédiée à l’open data des décisions de justice administrative. L’intégralité des décisions rendues depuis le 30 septembre 2021 y sera disponible. Les décisions y seront versées deux fois par mois et classées dans un répertoire en fonction de l’année et du mois durant […]

Découvrir l’article

15 mars 2022
La responsabilité d’une commune peut être engagée, devant la cour administrative d’appel (CAA), en cas de délivrance illégale d’un permis de construire valant autorisation d’exploitation commerciale (AEC) avant que la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) ait rendu son avis. D’un point de vue procédural, le Conseil d’État admet implicitement que les CAA sont compétentes pour […]

Découvrir l’article

16 décembre 2022
Aux termes de deux réponses ministérielles, le champ d’application du permis d’aménager modificatif et celui des sanctions encourues en cas d’infraction au lotissement ont été précisés. S’agissant tout d’abord du champ d’application du permis d’aménager (PA) modificatif, le ministre rappelle les grands principes selon lesquels : seul un PA en cours de validité peut faire l’objet […]

Découvrir l’article

L’arrêté du 5 juillet 2024 relatif au développement de l’agrivoltaïsme et aux conditions d’implantation des installations photovoltaïques sur terrains agricoles, naturels ou forestiers, vient d’être publié au Journal Officiel du 7 juillet 2024, trois mois après le décret du 8 avril 2024[1] d’application de la loi dite AER[2]. Si le décret du 8 avril 2024 […]

Découvrir l’article

20 octobre 2022
Le régime du droit de préemption commercial est étroitement encadré, mais l’exercice de  ce droit est complexe et non exempt de risques pour les collectivités territoriales. Retrouvez un extrait de l’article d’Emmanuel Vital-Durand dans le PDF ci-dessous. Il est accessible en intégralité dans le n°53 de la revue Urbanisme Aménagement d’octobre 2022 (Editions du Moniteur).

Découvrir l’article