Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
16 décembre 2022

Précisions sur le régime du lotissement

Aux termes de deux réponses ministérielles, le champ d’application du permis d’aménager modificatif et celui des sanctions encourues en cas d’infraction au lotissement ont été précisés.

S’agissant tout d’abord du champ d’application du permis d’aménager (PA) modificatif, le ministre rappelle les grands principes selon lesquels :

  • seul un PA en cours de validité peut faire l’objet d’un modificatif ; le PA ne doit pas avoir fait l’objet d’une exécution totale ;
  • les modifications ne doivent pas apporter au projet initial « un bouleversement tel qu’il en changerait la nature même » (CE 26 juillet 2022, n°437765).

Le ministère considère, au regard de cette seconde condition, que :

  • « la modification de la superficie des lots dans le lotissement, qui n’apporte évidemment pas au projet de lotissement un bouleversement tel qu’il en changerait la nature, est ainsi possible au moyen d’un permis modificatif» ;
  • à l’inverse, « tel ne serait pas le cas […] si cette modification aboutit à une extension du lotissement en dehors du périmètre autorisé par le permis d’aménager initial».

Le ministre rappelle en outre que, quelles que soient la nature et l’importance des modifications apportées au PA initial – en ce compris « une simple correction d’erreurs dans les surfaces des lots » -, une demande d’autorisation modificative doit être déposée ; à défaut, le titulaire de l’autorisation initiale s’expose à des sanctions au titre du code de l’urbanisme.

S’agissant ensuite du champ d’application de l’article L. 480-4-1 du code de l’urbanisme, le ministre précise que :

  • l’amende (de 15.000 euros) encourue en cas de vente ou de location de terrains, bâtis ou non, dans un lotissement n’ayant pas fait l’objet d’un PA ou d’une déclaration préalable (DP) s’applique également en cas de vente ou de location et de non-respect des prescriptions contenues dans l’arrêté de PA ou de non-opposition à DP ;
  • lorsque ces prescriptions n’ont pas été respectées, le tribunal peut fixer un délai pour réaliser des travaux de conformité afin de que les aménagements soient conformes aux autorisations délivrées.

Le ministère considère ainsi que l’article précité « traite uniquement des ventes de lots réalisées en l’absence d’une autorisation de lotir […] et non de la situation des constructions illégales devant faire l’objet d’un permis de construire de régularisation ».

Réponse ministérielle à la question écrite n° 01919, JO Sénat du 1er décembre 2022, p. 6175

Réponse ministérielle à la question écrite n° 02241, JO Sénat du 1er décembre 2022, p. 6179

02 décembre 2021
Par un arrêt du 22 novembre 2021, le Conseil d’État précise qu’en matière de contentieux des autorisations d’exploitation commerciale (AEC), l’État a la qualité de partie au litige devant la CAA ; il peut être représenté par le président de la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC) et est alors dispensé du ministère d’avocat. Le Conseil […]

Découvrir l’article

L’actualité immobilière du mois de juillet a été marquée par 3 arrêts importants rendus par la Cour de cassation. Elle retient que l’obligation de paiement des loyers n’a été ni suspendue, ni neutralisée pendant les périodes de confinement en écartant notamment sans ambiguïté la force majeure, le manquement du bailleur à son obligation de délivrance et la destruction […]

Découvrir l’article

23 mars 2023
Le projet de décret définit les modalités de mise en œuvre de l’expérimentation, instituée par la loi n° 2022-217 du 21 février 2022 (dite « 3DS »), en matière d’instruction et de délivrance des autorisations d’exploitation commerciale (AEC). En application de l’article 97 de la loi 3DS, une expérimentation – d’une durée de six ans – est […]

Découvrir l’article

13 février 2024
Les règlements approuvés sur le fondement de l’article L. 631-7 du code de la construction et de l’habitation (CCH) par Bordeaux Métropole d’une part, et la Métropole Nice Côte d’Azur d’autre part, fixant les conditions de délivrance des autorisations de changement d’usage de locaux d’habitation et déterminant les compensations, ont été soumis à l’appréciation du […]

Découvrir l’article

06 mars 2024
Dans cette affaire, un propriétaire a déposé, le même jour, deux demandes de certificat d’urbanisme (CU), l’un informatif, et l’autre opérationnel et portant sur la réalisation d’un lotissement résidentiel. Le maire a délivré un CU informatif et un CU opérationnel positif, ce dernier mentionnant la possibilité que soit opposé un sursis à statuer à une […]

Découvrir l’article

07 mars 2023
Dans une décision en date du 15 février 2023, la Cour de cassation a jugé que le locataire qui sous-loue un local meublé destiné à l’habitation en méconnaissance des dispositions de l’article L. 631-7 du code de la construction et de l’habitation (CCH) est passible d’une condamnation au paiement d’une amende civile prévue à l’article […]

Découvrir l’article