Catégories
  • Immobilier
  • Fiscal
  • Urbanisme
  • Environnement et Énergie
  • Financements
  • Autre
  • Valider
0
Actualités
  • Jurisprudence
  • Textes
  • Doctrine
  • L'essentiel du mois
  • Valider
0
Année
0
Mois
  • Janvier
  • Février
  • Mars
  • Avril
  • Mai
  • Juin
  • Juillet
  • Août
  • Septembre
  • Octobre
  • Novembre
  • Décembre
  • Valider
0
2 décembre 2022

L’essentiel du mois de novembre 2022

En droit immobilier, les baux commerciaux ont fait l’objet de plusieurs arrêts rendus au cours de ces dernières semaines : on retiendra notamment que la Cour de cassation a réaffirmé la position qu’elle avait adoptée dans ses arrêts du 30 juin 2022, selon laquelle les loyers commerciaux restent dus par le preneur, même en cas de fermeture des locaux pendant la période de confinement. Cependant, la Cour d’appel de Paris a jugé que la demande d’un bailleur devant le juge des référés tendant à voir constater l’acquisition de la clause résolutoire d’un bail commercial se heurte à une contestation sérieuse si la mauvaise foi du bailleur dans la mise en œuvre du commandement de payer est caractérisée.

Par ailleurs, une Cour d’appel a pu préciser qu’un preneur à bail commercial ne pouvait pas se prévaloir du droit de préemption dit « Pinel » prévu par l’article L. 145-46-1 du Code de commerce pour une promesse de vente conclue avant le 18 décembre 2014 (date d’entrée en vigueur de ce droit légal), peu importe que la vente ait été conclue ultérieurement à cette date.

Enfin, en droit de la construction, la Cour de cassation a retenu que « la contestation constante et quasi-immédiate de la qualité des travaux, suivie d’une demande d’expertise judiciaire portant sur les manquements de l’entrepreneur, était de nature à rendre équivoque la volonté du maître de l’ouvrage de recevoir celui-ci » et en a déduit, en l’absence de réception tacite, que la garantie décennale ne pouvait pas être mobilisée par le maître d’ouvrage.

Côté urbanisme, ce mois de novembre est marqué par une actualité jurisprudentielle importante tant devant la juridiction administrative que la juridiction judiciaire.

Le Conseil d’Etat a ainsi confirmé la légalité du décret portant sur l’évaluation environnementale des documents d’urbanisme et des unités touristiques nouvelles instaurant notamment une procédure d’examen au cas-par-cas réalisé par la personne publique responsable de l’élaboration du document d’urbanisme elle-même. Les juges du Palais Royal se sont ensuite intéressés aux permis de construire portant sur une dépendance du domaine public en précisant d’abord que l’accord du gestionnaire du domaine pour engager la procédure d’autorisation d’occupation du domaine suffisait à conférer au pétitionnaire qualité pour présenter une demande de permis sur le domaine public et ensuite que cette pièce était requise lorsqu’un projet de construction comprend des éléments en surplomb du domaine public.

La Cour de cassation est quant à elle venue préciser, en matière d’autorisation de changement d’usage, que le changement de destination d’un bâtiment de « hébergement hôtelier » à « habitation » autorisé par un permis de construire suffisait à démontrer l’usage d’habitation du bâtiment en cause au sens de l’article L. 631-7 du CCH. Elle a en revanche exonéré la société ayant pour seule activité la mise à disposition de biens meublés donnés en location de toute responsabilité en raison du changement d’usage irrégulier. Enfin, la Haute Juridiction a apporté des précisions sur le champ d’application de l’action en démolition d’une construction dont le permis de construire a été annulé.

 

28 septembre 2023
Par un arrêt en date du 21 septembre 2023, la 3ème chambre civile de la Cour de cassation a confirmé qu’en cas de communication par le bailleur d’un état des risques naturels et technologiques daté de plus de 6 mois par rapport à la date de conclusion du bail, les juges du fond doivent rechercher […]

Découvrir l’article

26 novembre 2021
Par un arrêt rendu le 1er septembre 2021, la cour d’appel de Paris a considéré que la clause d’adhésion obligatoire à un GIE figurant dans un bail commercial  « est contraire à la liberté d’association » et est donc « entachée d’une nullité absolue » ; cette nullité affectant également « la validité de l’adhésion » […]

Découvrir l’article

Dans un arrêt rendu le 12 octobre 2022, la Cour de cassation a jugé que « l’obligation de remettre le site en état [incombe] au locataire exploitant ayant mis l’installation à l’arrêt définitif ». La seule intention du bailleur propriétaire de reprendre l’exercice d’une activité industrielle sur le site classé est ainsi « sans incidence sur l’obligation légale […]

Découvrir l’article

22 novembre 2021
Par un arrêt rendu le 30 septembre 2021, la Cour de cassation a considéré que « l’assureur dommages-ouvrages est tenu de répondre dans le délai de 60 jours à toute déclaration de sinistre, y compris lorsqu’il estime que les désordres sont identiques à ceux précédemment dénoncés et, que à défaut, il ne peut plus opposer la […]

Découvrir l’article

En droit immobilier, ce mois d’octobre a tout d’abord été marqué, sur le plan réglementaire, par la publication de trois décrets : l’un modifie, à compter du 1er janvier 2023, le dispositif d’information des acquéreurs et des locataires préalablement à la signature d’un acte de location ou de vente d’un bien immobilier, tandis que les […]

Découvrir l’article

06 décembre 2023
Le 29 novembre dernier, la préfecture de Police a présenté les périmètres autour des sites olympiques et paralympiques. Deux types de périmètres ont été mis en place : Les périmètres « organisateur » pour la sécurité des spectateurs avec billets et des personnes accréditées par Paris 2024 pendant la compétition ; Les périmètres « État […]

Découvrir l’article